L'avantage carbone québécois : le cas de l'aluminium primaire

Le Ministère de l’Économie de la Science et Innovation a financé un projet mené en collaboration avec le Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG). L'objectif était de quantifier l'avantage carbone d'une variété de produits québécois, pour ensuite promouvoir cet avantage. La production d'aluminium primaire, une activité requérant beaucoup d'électricité, a été sélectionnée comme cas d'étude pour ce projet.

Les résultats du projet révèlent que les émissions de GES générées lors d'une production d'aluminium primaire au Québec sont de 67 à 76 % inférieures à celles émises lors d'une même production au Moyen-Orient ou en Chine, et 19 % inférieures lorsque la comparaison se fait avec la Russie. 

 

Les pays et régions sélectionnés pour la comparaison, soit la Chine, le Moyen-Orient et la Russie, sont les trois plus importants producteurs d'aluminium à l'échelle internationale.

Le secteur de l'aluminium de la Chine et du Moyen-Orient présente des mix électriques dont l'empreinte carbone est assez élevée comparativement à ce même secteur ailleurs dans le monde.

Le secteur de l'aluminium de la Russie, pour sa part, présente un mix électrique dont l'empreinte carbone est la plus faible du monde après le Québec (bien qu'elle soit environ dix fois plus élevée que celle du Québec).

 

tableau comparaison

Les résultats du projet indiquent que l'avantage carbone de l'aluminium québécois est très important, avec des émissions de GES de 67 à 76 % inférieures à celles du Moyen-Orient et de la Chine. Celui-ci diminue lorsque la comparaison se fait avec un mix électrique beaucoup moins carboné, comme celui du secteur de l'aluminium russe. L'avantage carbone québécois demeure toutefois intéressant, avec des émissions de GES 19 % inférieures à celles de la Russie.

De manière générale, le Québec présente donc un avantage carbone important comparativement à la très grande majorité des pays producteurs d'aluminium dans le monde. 

Cliquez ici pour en savoir plus